Pourquoi devenir installateur poseur ?

Le métier d’installateur poseur continue de séduire les Français. Ses missions sont variées et consistent à créer, monter, assembler et poser divers éléments au niveau des murs et des plafonds. Intervenant aussi bien en intérieur qu’en extérieur, il travaille à la demande des professionnels et des particuliers. Il peut être un salarié ou un travailleur indépendant. Voici les informations à connaître sur ce métier.

Les avantages du métier d’installateur poseur

Le métier d’installateur poseur comporte plusieurs atouts. Dans un premier temps, l’environnement de travail est particulièrement vaste. Vous intervenez à domicile, chez les particuliers, sur des chantiers de construction portant sur l’habitat collectif, dans un milieu professionnel comme des bureaux ou des sites recevant du public. Ensuite, les salaires restent compétitifs. En France, un monteur poseur gagne en moyenne 24 258 € par an, avec une rémunération mensuelle variant de 1 200 à 2 500 €. Les possibilités d’évolution de carrière sont également nombreuses. Les missions sont aussi variées, que ce soit sur le gros œuvre ou sur les prestations les plus délicates.

Les compétences requises pour être installateur poseur

Plusieurs compétences sont nécessaires pour devenir installateur poseur :

  • être capable de lire et d’interpréter des plans, des schémas, des dossiers techniques, des notices d’installation ou de montage, un cahier des charges,
  • anticiper les contraintes techniques et humaines du chantier,
  • choisir les outils et les machines nécessaires,
  • organiser un chantier et ordonnancer toutes les interventions,
  • avoir une maîtrise des différentes techniques de pose,
  • maîtriser les bases des travaux de plomberie et d’électricité,
  • être capable d’intervenir en cas de problème technique,
  • garantir les finitions,
  • être précis et rigoureux,
  • faire preuve de polyvalence dans la réalisation de son travail,
  • être capable de gérer la pression du travail,
  • respecter les règles d’hygiène et de sécurité sur chaque chantier,
  • contrôler la qualité du travail.
    À ces compétences s’ajoutent une bonne condition physique.

Le quotidien d’un installateur poseur

Le métier d’installateur poseur se concentre généralement sur le montage et l’assemblage de divers éléments.

Dans le cadre de l’organisation du chantier, il est souvent amené à :
– étudier le dossier de son client dans les moindres détails,
– préparer le matériel et les outils nécessaires,
– identifier les éventuelles erreurs de conception,
– mettre en place un planning et faire en sorte que ce dernier soit respecté.

Lire aussi  Les avantages de faire appel à un serrurier professionnel

En ce qui concerne la pose et l’installation proprement dite, il se charge de :
– l’assemblage de tous les éléments suivant un ordre bien défini,
– la pose, la structure,
– le raccordement des éléments installés aux énergies, en veillant à bien respecter les normes en vigueur.

L’installateur poseur assure également la bonne fin du chantier. Il contrôle la qualité du travail et fait signer les certificats de fin de travaux.

Formation cuisine : un atout pour l’installateur poseur

Suivre une formation cuisine est fortement conseillé pour un installateur poseur. Il sera alors en mesure d’assembler et de poser plusieurs éléments d’une cuisine, que ce soit sur un chantier de construction ou chez un particulier. Il peut alors intervenir dès l’étape de la conception de la cuisine, en réalisant les plans qui répondent aux attentes de son client. Il prépare le chantier avant la pose de la cuisine. Il sera également capable d’assembler divers éléments comme les portes, les placards et le plan de travail. À ces travaux s’ajoute la finition décorative portant notamment sur la pose de la peinture et du carrelage.

Découvrir le CAP menuisier : une formation clé

Le CAP menuisier joue un rôle important dans la carrière professionnelle d’un installateur poseur. En suivant ce type de formation, il deviendra alors un ouvrier professionnel qualifié en matière de menuiserie et d’agencement. Il fabrique et installe donc les différentes pièces de menuiserie, allant des portes et des fenêtres aux placards, en passant par les escaliers, ainsi qu’une variété de meubles. La formation permet également d’approfondir les connaissances sur les matériaux comme le bois et ses dérivés, l’aluminium, les mousses ou le PVC, les étapes de fabrication, les techniques d’usinage ainsi que les notions d’étanchéité et de confort.

Lire aussi  Le Futur de la Mobilité : Les Taxis Volants aux JO 2024 à Paris

Quoi faire en tant que menuisier installateur ?

Également connu sous l’appellation de menuisier poseur ou parqueteur, l’installateur poseur participe à l’aménagement de différents locaux. Il fabrique, adapte etpose des portes, des fenêtres, des volets, des escaliers, des parquets, des placards et des cloisons en bois. Il se charge également de la mise en place de divers éléments d’agencement comme la cuisine, la salle de bain ou le dressing. En milieu professionnel, l’installateur poseur est souvent sollicité pour l’aménagement des bureaux ou la mise en place des stands d’exposition. Ses connaissances vont du gros œuvre à la connectique. Une parfaite maîtrise des principes et du vocabulaire propres au secteur est également indispensable pour que la collaboration avec d’autres corps de métier soit efficace.

Comment devenir menuisier / poseur de fenêtre ? Les étapes à suivre

Obtenir un diplôme est obligatoire pour devenir menuisier poseur. Vous avez donc le choix entre :
– le CAP Menuisier fabricant de menuiserie,
– le CAP Menuisier mobilier et agencement,
– le CAP Menuisier installateur,
– tout autre CAP orienté vers l’artisanat et le BTP,
– un Bac Pro Menuiserie,
– un Bac Pro Technicien de fabrication bois et matériaux associés,
– un Bac Pro Technicien avec option menuisier agenceur ou constructeur bois,
– un BTS Systèmes constructifs bois et habitat (SCBH),
– un BTS Développement et réalisation bois,
– un brevet de maîtrise menuisier de bâtiment et d’agencement.

Il est également possible de suivre directement une formation qualifiante dans un centre agréé pour obtenir le titre de menuisier. La validation des acquis de l’expérience est indispensable pour les personnes qui prévoient de se reconvertir au métier de menuisier poseur.

Quelle formation pour poser des cuisines et des salles de bains ?

Le métier rattaché à la pose de cuisines et de salle de bains nécessite un diplôme de niveau CAP. En formation initiale, vous avez le choix entre le CAP menuisier fabricant de menuiserie, mobilier et agencement ou le CAP menuisier installateur. En niveau bac à bac + 2, le bac professionnel technicien de fabrication bois et matériaux associés ainsi que le bac professionnel technicien menuisier-agenceur permettent de réaliser des travaux d’agencement. En revanche, si vous souhaitez accéder à des postes à responsabilité, il serait préférable de s’orienter vers un BTS étude et réalisation d’agencement, un BTS systèmes constructifs bois et habitat ou un BTS développement et réalisation bois. En formation continue, les professionnels en activité peuvent se former dans la pose de cuisine et de salle de bains en préparant un brevet de maîtrise (BM) menuisier de bâtiment et d’agencement.

Lire aussi  Un coup de frein nécessaire : le gouvernement français annonce des économies de 10 milliards d'euros

Les opportunités de carrière en tant qu’installateur poseur

Le métier de menuisier poseur-installateur s’ouvre à de nombreuses perspectives :
– conducteur de travaux,
– des postes à responsabilité portant sur la gestion d’une équipe et du chantier,
– devenir chef d’équipe ou contremaître dans une entreprise du bâtiment,
– assurer la fonction de manager de l’équipe des techniciens installateurs,
– concevoir et vendre des cuisines et des salles de bains,
– se mettre à son compte et se spécialiser dans le domaine de la menuiserie, la décoration, l’agencement de cuisine, l’ébénisterie, la pose de parquet ou l’isolation acoustique des plafonds.

Les défis du métier d’installateur poseur

Le métier de poseur comporte aussi quelques inconvénients :
– travailler dans des conditions météorologiques contraignantes,
– faire face à des dangers et des risques liés à l’utilisation de certains outils et équipements, sans oublier la sécurité du travail,
– être confronté à des horaires de travail irréguliers et des heures supplémentaires,
– réaliser des tâches monotones,
– faire un travail exténuant.

Pourquoi choisir l’alternance pour devenir installateur poseur ?

L’alternance est fortement conseillée aux étudiants qui souhaitent devenir installateurs poseurs. Ses avantages sont nombreux :
– l’accès à une variété de formations,
– profiter de l’immersion professionnelle et réaliser plusieurs missions pour monter en compétences,
– toucher un salaire en tant qu’employé,
– se former directement sur le terrain avec des professionnels,
– être accompagné par un maître d’apprentissage tout au long de la formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *